Archives de Tag: naufrage

Chronique du gâchis ordinaire

Source illustration (c) Le Rateau de la Méduse

Et puis un jour, parce qu’il faut vraiment une volonté de fer pour refuser tous les progrès, une faille s’ouvre: “tiens tu vas être content, on va faire un essai 2.0!”
Petit projet R&D, on va se la jouer moderne. Alors on se tourne vers les fournisseurs référencés des échecs précédents, on utilise des outils d’un autre millénaire pour faire du “collaboratif” à 2 ou 3, pour voir. Evidemment ça ne prend pas.

Et toi tu te fais engueuler parce que malgré ta bonne volonté (si, si), ce vieux bouzin d’un autre âge tu connais par coeur, tu sais bien qu’il n’a aucune chance d’obtenir l’adhésion des troupes. Buggué, lent, une insulte à des générations d’ergonomes, c’est le cauchemard 1.0. Mais comme le boss il ne te fait pas confiance et qu’il essaye ces trucs là pour la première fois, il trouve ça génial: “j’ai reçu un mail quand tu as répondu à ma news!”

Whaou.

Donc pas de doute, t’es jamais content, t’es vraiment un chieur.

Oh tiens à propos d’hérésies faut que je te dise: la semaine prochaine c’est l’audit!

C’est quoi l’audit? Ah c’est très simple, c’est des gars qui te préviennent qu’ils vont venir contrôler un truc. Toi il te faut juste relire le mail de la DRH envoyé la veille pour que au cas improbable où on interrogerait un employé non prévu, il soit en mesure de bredouiller 2 ou 3 mots sur les régles que personne ne connait et qui sont censées régir l’établissement au quotidien. Oui du bachotage de la pire espèce. Mais ça fait bosser du monde, sur du vent.

Figure toi que ce coup ci c’est un audit sur la sainte Ethique de l’entreprise, le plus grand foutage de gueule depuis le père Noël. Le grand actionnaire fabrique des armes, mais il a un beau cahier des charges pour l’éthique de l’entreprise. On y lit des jolis mots sur le partage, la confiance, l’implication des équipes, bref tous ces trucs qui marchent et qui ne sont évidemment jamais appliqués dans la boite. Lire ces principes soit-disant fondateurs de l’entreprise est une souffrance, le cynisme est total, tout cela n’a aucun sens.

Si seulement c’était dans l’intérêt de quelqu’un, même des grands méchants capitalistes, mais non, même pas, tout le monde coule.

Je ne comprends pas cet atavisme à se laisser crever sur place. La tête dans le guidon, certain que les vieilles méthodes sont encore bonnes, qu’évoluer serait trop coûteux, que l’entreprise 2.0 est un gadget. On coule, mais à la même vitesse que les autres, alors on voit pas trop, parce qu’on n’ose pas regarder la ligne de flottaison qui se rapproche.

Et pendant ce temps là on continu d’ajouter des tonnes de blindage sécuritaire au lieu d’insuffler de l’air frais dans les caissons de l’innovation.

Gâchis.

Poster un commentaire

Classé dans vie 1.0